L’épidémie mondiale du Covid-19 met les nations à rude épreuve. Les pays dont les systèmes de santé sont privatisés mettent ainsi certains de leurs citoyens en danger.  A l’heure du progrès de la médecine et de l’expansion de l’économie mondiale, les Etats-Unis, première puissance mondiale, représentent pourtant l’« exception »[1] en matière de services médicaux du fait d’un système de santé qui « est en même temps le plus onéreux et le plus inadapté du monde développé, et d’une complexité unique »[2].  Le système de santé américain se dit alors pluraliste, non systématique, fragmentaire et inefficace[3].

C’est un système à deux vitesses. Ceux qui ont les moyens d’avoir une assurance ont accès à des soins de qualité. Pour les autres, il existe un programme appelé Medicaid qui donne accès qu’à un minimum de soins. Le programme Medicaid est géré par les Etats fédérés[4]. De la même façon, les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes handicapées bénéficient également d’un programme d’aide fédérale, appelé Medicare[5], géré, lui par le gouvernement fédéral[6]. D’autres personnes se trouvent entre ces deux catégories, car l’Etat considère qu’elles ne se trouvent pas dans une situation financière suffisamment précaire pour bénéficier du premier programme d’aide Medicaid. De facto, ces personnes n’ont pas les moyens financiers pour se payer une assurance privée et ne peuvent bénéficier, par conséquent, d’une couverture médicale. Les plus précaires sont généralement les groupes minoritaires et notamment les afro-américains, se trouvant ainsi marginalisés par rapport à ce système de santé américain.

Ce système de santé a créé une explosion de l’épidémie[7], le pays représente en effet le premier foyer de coronavirus au monde[8]. Des mesures sont prises de façon inégale sur l’ensemble du territoire américain. En effet, aux Etats-Unis, la politique sanitaire est de la compétence des Etats fédérés. Ainsi, la Californie a été le premier Etat à demander à ses habitants de rester chez eux, suivi par l’Illinois et le New Jersey. L’Etat de New-York a ensuite imposé des mesures de confinement strictes. Au contraire, les gouverneurs d’autres Etats comme la Floride ou le Texas, n’ont pas jugé utile d’ordonner un confinement.

Les Etats-unis sont complètement démunis. Entre la gestion de crise de l’administration Trump, le manque de kits de dépistage et leur système de santé privé[9], les américains sont bien mal lotis face à la pandémie mondiale du Covid-19. En effet, 28 millions d’américains n’ont pas d’assurance maladie, soit 9% de la population totale[10]. Aujourd’hui, 1,5 million de cas sont recensés au Covid-19 et plus de 90 000 personnes sont décédées du virus[11].

De facto, le risque aux Etats-Unis est que de nombreux malades refusent de se rendre chez le médecin pour être dépisté ou soigné, faute de moyens.

Le système de santé américain est sur le plan juridique inégalitaire et discriminatoire puisque d’une part, il est plus favorable dans certains Etats que dans d’autres et d’autre part, tous les citoyens américains ne bénéficient pas des mêmes avantages. Dans un pays où 40 millions de personnes sont pauvres, la crise sanitaire et économique liées au coronavirus exacerbe les tensions aux Etats-Unis. En effet, le système de santé américain n’est pas conçu pour traiter en urgence des millions de personnes victimes d’une épidémie[12].

Etude de droit comparé : droit de la santé en France et droit de la santé aux Etats-Unis

En France, l’assurance-maladie est universelle. Tout le monde est couvert, sans distinction aucune[13]. Les étrangers résidant dans l’hexagone et salariés sur le territoire national sont tenus de souscrire à un régime de sécurité sociale[14]. Au contraire, aux Etats-Unis, seuls les citoyens américains bénéficient des avantages liés au système de santé. Les résidents étrangers n’ont donc aucun droit et ne peuvent prétendre à aucune aide de l’Etat. Ils doivent, de facto, se tourner vers des assurances privées, généralement très onéreuses[15]. En France, lorsqu’il est question de réformer le système de santé, l’objectif est de préserver la combinaison assurance-maladie universelle et médecine libérale.

Or, aux Etats-Unis, lorsque l’exécutif souhaite réformer le système de santé, c’est parce que le nombre de personnes n’ayant pas d’assurance-maladie ne cesse d’augmenter et que la qualité des soins est très inégale[16].

Ainsi, le système de sécurité sociale aux Etats-Unis est différent de ceux qui prévalent en Europe. En effet, au Royaume-Uni, la couverture des dépenses de santé est assurée par l’impôt. En Allemagne, France, Belgique, Luxembourg et Autriche, la solidarité est instaurée par le biais de cotisations sociales qui financent les dépenses de santé des salariés et des retraités[17].

Aux Etats-Unis, c’est l’autorité publique qui intervient pour soutenir des populations qui ne peuvent s’offrir une couverture pour leurs soins de santé[18].

La compétence de l’Etat fédéré et des Etats fédéraux en matière de droit de la santé

L’Etat fédéral définit des « lignes directrices » qui s’imposent aux Etats fédérés, qui ont ainsi l’obligation de couvrir certaines populations, sous condition de ressources, et peuvent alors étendre l’aide fédérale Medicaid à d’autres publics dits optionnels[19]. Dès lors, l’exercice de la médecine, l’accès et l’organisation aux soins diffèrent entre Etats fédérés. L’Etat fédéral, en partenariat avec les Etats fédérés, couvre les gros risques : les personnes âgées, les handicapés lourds, les personnes pauvres. Parmi les citoyens assurés, deux tiers environ dépendent d’une assurance privée et un tiers d’une assurance publique, instaurée par le gouvernement fédéral ou par les Etats fédérés. Par conséquent, en raison des enjeux politiques locaux, l’évolution de l’accès aux soins aux Etats-Unis est hétérogène et incertaine[20].

Evolution du droit de la santé américain sous le mandat de Barack Obama et sous le mandat de Donald Trump : retour sur l’Obamacare

En 2010, l’ancien président des Etats-Unis, Barack Obama, a promulgué une loi sur le système de santé entrée en vigueur en 2014, l’Affordable Care Act, surnommée Obamacare. Grâce à cette loi, près de 20 millions d’américains ont gagné une assurance santé[21]. Par exemple, certaines personnes, avant de bénéficier d’une assurance santé grâce à l’Obamacare, étaient contraintes de vendre leur maison pour payer leur traitement contre le cancer et  d’autres limitaient leurs visites chez le médecin pour économiser 150 dollars[22].

L’objectif de Barack Obama était d’intégrer dans le droit américain, une couverture maladie universelle, c’est-à-dire de faire bénéficier à tous les citoyens américains, et plus particulièrement les plus démunis, d’une couverture santé. La protection sociale était l’un des enjeux majeurs de son mandat. En effet, aux Etats-Unis, la santé n’a jamais gagné le statut de droit fondamental, comme l’éducation. Les Républicains caractérisaient l’assurance maladie de « service comme les autres »[23].

La loi Obamacare a alors créé des incitations fiscales, l’obligation pour tous les citoyens américains de souscrire une assurance santé et une aide financière pour des millions de personnes disposant de revenus plus modestes. Ladite loi a également permit l’expansion de l’aide fédérale Medicaid[24]. Enfin, l’Affordable Care Act ou Obamacare a ciblé les personnes qui ne pouvaient bénéficier d’un contrat d’assurance négocié par un employeur (travailleurs indépendants, chômeurs, petits entrepreneurs, femmes au foyer, salariés des petites entreprises, etc) dans le but de leur offrir également une aide médicale. L’objectif était de proposer à ladite population ciblée, des conditions d’accès à l’assurance comparables à celles des salariés des grandes entreprises. Ainsi, un contrat de base, incluant la couverture de soins jugés essentiels était obligatoirement intégré dans les couvertures proposées par les assurances.

Dès lors, grâce à l’Obamacare, la proportion de la population américaine non assurée est passée de 16% à 8,9% de 2010 à 2016[25] marquant ainsi une avancée considérable dans la volonté de nombreux américains de reconnaître la santé comme un droit universel. Si cette loi obligeait également les entreprises de plus de 50 employés à proposer une couverture santé à leurs employés, elle ne remettait cependant pas en cause les fondations privées du système[26].

En dépit des bénéfices de l’emblématique loi, l’actuel président des Etats-Unis, Donald Trump, a signé dès les premiers jours de son mandat, un décret contre l’Obamacare. En effet, ce dernier a tenté plusieurs fois d’abroger l’Affordable Care Act (Obamacare) en vain puisque le Congrès américain a refusé l’abrogation. Néanmoins, l’administration Trump, entend toujours abroger la loi Affordable Care Act et la mesure prévoyant l’extension du programme fédéral Medicaid. De plus, l’actuel président des Etats-Unis, Donald Trump a usé, dès 2017, de son pouvoir exécutif en mettant en place de nouvelles réglementations contraires aux principes de l’Affordable Care Act, et a montré de façon déterminée une attitude hostile à la mise en œuvre de cette loi[27]. Ainsi, la réforme fiscale Tax Cuts and Jobs Act (TCJA), adoptée par le Congrès le 20 décembre 2017 a supprimé les pénalités relatives à l’obligation d’assurance, instaurées par l’Obamacare[28]. Les américains ont, de facto, retrouvé la possibilité de ne pas avoir de couverture maladie, sans s’exposer pour autant à des pénalités.

En outre, la réglementation précisée par l’administration Trump prévoit en substance l’instauration de contrats d’assurance maladie de courte durée (12 mois renouvelable deux fois). Lesdits contrats doivent être à moindre coût (prime de 124 dollars par mois, soit moins d’un tiers du coût d’une police d’assurance sur les marchés réglementés sans subvention, estimée à près de 400 dollars) et octroyant des remboursements plus faibles, exemptés de l’obligation de délivrance des soins essentiels[29]. Ces couvertures médicales sont aussi et surtout de moindre qualité que celles exigées par l’Affordable Care Act (pas de couverture pour les médicaments prescrits sur ordonnance, pour la maternité, pour les maladies mentales, pour l’hospitalisation, etc.), et autorisent les compagnies d’assurance à refuser un traitement médical dans certains cas[30].

En septembre 2018, la Chambre des représentants a introduit une proposition de loi demandant la suspension de l’obligation pour un employeur de plus de 50 salariés de proposer une couverture santé à ses salariés sous peine de pénalité, mise en place par l’Obamacare.

L’administration Trump a notamment indiqué qu’elle puiserait dans les fonds fédéraux pour couvrir les frais hospitaliers des malades du Covid-19 dépourvus de couverture maladie[31]. Cependant, à l’heure actuelle, des milliers d’américains doivent débourser des sommes astronomiques pour leurs soins, touchés par le virus. On estime également que l’absence de couverture santé pourrait avoir une incidence sur l’évolution de la pandémie aux Etats-Unis puisque faute de bénéficier d’une assurance maladie, un adulte sur sept n’irait pas se faire soigner s’il présentait des symptômes du Covid-19 de peur de faire face à des frais médicaux élevés[32].

Tour d’horizon sur la situation actuelle du Covid-19 face au système de santé américain

Vis-à-vis du Covid-19, les Etats-Unis se trouvent face à une situation particulière et délicate. Le pays se situe dans la fourchette basse des pays de l’OCDE, comptant seulement 2,6 médecins pour 1 000 habitants, moins que la France (3,4), l’Espagne (3,9) ou l’Italie (4), qui connaissent pourtant des difficultés considérables face à l’ampleur de l’épidémie[33]. De plus, les Etats-Unis ne comptent que 2,8 lits d’hôpitaux pour 1 000 habitants. C’est quatre fois moins que la Corée du Sud ou le Japon et plus de deux fois moins qu’en France.

En moyenne en temps normal, 68 % de ces lits d’hôpitaux sont occupés ce qui ne laisse donc que quelque 300 000 lits disponibles pour ceux, de plus en plus nombreux, dont la respiration est menacée par le coronavirus[34]. En outre, l’on compte seulement 45 000 lits dans les unités de soins intensifs et l’on estime que seuls 16 000 respirateurs sont mis à disposition dans les hôpitaux du pays[35]. Or le pays compte 328 millions d’habitants.

C’est pourquoi, malgré des mesures d’urgence, les experts s’accordent à dire que la situation américaine pourrait conduire à une crise sanitaire sans précédent[36]. Les infirmières de New-York ont notamment dénoncé le manque de tests, de moyens et de personnels[37].

La chaine d’information américaine CNN l’a également dit : « le système de santé américain complique encore plus les choses pour stopper le coronavirus »[38]. Ainsi, malgré l’Obamacare, il n’y a toujours pas de système universel : 9% des Américains n’ont pas d’assurance maladie[39]. Plus de 33 millions de salariés ne perçoivent pas de compensation salariale s’ils tombent malade. C’est là, un système fondé sur l’économie de marché au sein duquel lorsque les prix des médicaments ou des visites médicales augmentent, la réponse du marché est d’augmenter les primes d’assurances ; d’autant plus que, contrairement à toutes les autres nations industrialisées, les Etats-Unis sont un pays qui ne dispose d’aucun système centralisé permettant de freiner l’augmentation des coûts de la médecine[40].

« La France et les Etats-Unis ont des traditions juridiques différentes. Les Américains partent d’une analyse sur le terrain sans logique globale où chaque règle s’établit localement. Il n’y a pas de système de santé clair, car les acteurs sont nombreux et éclatés. Il n’y a pas de règle unique, chaque Etat possède ses propres règles. On assiste donc à un empilement de lois. Au final, c’est très complexe », rappelle l’analyste Anne-Laure Beaussier[41]

Le système de santé américain est discriminatoire vis-à-vis de l’accès aux soins puisqu’il diffère en fonction des revenus. Ainsi, l’on remarque que les plus pauvres sont les plus susceptibles de subir les conséquences de l’épidémie de Covid-19 et, de facto, les plus vulnérables[42].

Un système de santé inégalitaire et discriminatoire

Aux Etats-Unis, les personnes les plus défavorisés sans assurance maladie, les personnes âgées, les personnes ayant des problèmes de santé tels que l’obésité ou le diabète et les minorités – à savoir les afro américains ainsi que les hispaniques – sont les plus vulnérables face au Covid-19. En effet, environ la moitié des américains qui vivent sans couverture maladie font partie de ces deux minorités ethniques. Ce sont les plus vulnérables socialement.

La population afro-américaine est lourdement touchée par l’épidémie du Covid-19. Fortement touchée par la pauvreté et leur accès aux soins étant limité, leur état de santé est moins bon que le reste de la population américaine. Ils souffrent plus de diabète, d’asthme, de problèmes cardiaques et pulmonaires, ce qui les rend plus fragiles face au virus puisque certaines maladies peuvent être des facteurs de co-morbidité, c’est-à-dire des facteurs aggravants du Covid-19[43]. De plus, les afro-américains vivent en général au centre-ville[44], dans des zones de population plus denses et exercent pour grand nombre d’entre eux des professions exposées, qui n’offrent pas la possibilité de travailler de chez eux.

Les afro-américains sont ainsi surreprésentés parmi les victimes de la pandémie. En effet, des juridictions ont publié des chiffres alarmants. Dans l’Illinois, les Noirs représentent 14% de la population mais 42% des décès de l’épidémie de coronavirus. A Chicago, il s’agit de 72% des morts alors qu’ils représentent moins d’un tiers des habitants (30% de la population). A Washington, parmi les 22 morts du virus, 13 étaient Noirs[45] et dans le Michigan, plus d’un tiers des victimes du coronavirus sont des Afro-Américains alors qu’ils représentent seulement 12% de la population de cet État du Midwest.

S’agissant des hispaniques, ils représentent plus de 16% de la population et souffre des inégalités. En effet, ils sont plus proches sur le plan social de la communauté afro-américaine que de la communauté blanche. Ils sont donc défavorisés par le système et également plus vulnérables face à l’épidémie de Covid-19.

Dès lors, les minorités ethniques sont les laissés pour compte et les premières victimes du Covid-19. C’est là l’illustration parfaite d’un système de santé inégalitaire et discriminatoire au sein d’un système juridique défaillant et inefficace. Les Etats Unis étant un Etat fédéral et la politique sanitaire relevant de la compétence des Etats fédérés, le droit américain ne permet donc pas de résoudre ces failles et d’offrir aux 328 millions de citoyens américains un système de santé universel véritablement protecteur, égalitaire et non discriminatoire.

Conclusion

Bien qu’il ne faille pas confondre couverture maladie et accès aux soins dans la mesure où tout citoyen américain dont la vie est en danger a droit à des soins d’urgence ; il n’en demeure pas moins que l’absence de couverture maladie reste une grave source d’insécurité aux Etats-Unis[46].

Le système de santé américain se distingue ainsi par son inefficacité et par son incapacité à répondre aux besoins de l’ensemble de la population, atteignant aujourd’hui son paroxysme face à des milliers d’américains qui luttent contre l’épidémie du Covid-19.

Alors que le dispositif médical américain est déjà fragmenté, les efforts de l’administration Trump pour abroger la loi Obamacare pourraient faire augmenter de 13 millions d’ici dix ans le nombre de non-assurés. Cette hausse amènerait à contraindre les américains à négliger leur santé et réduirait à néant le combat de Barack Obama pour une santé universelle[47].

Dans la situation actuelle de pandémie de Covid-19, se pose la question de savoir si une fois le vaccin contre le coronavirus trouvé et mis sur le marché, il sera accessible à tous, dans un pays où le coût des médicaments est le plus élevé du monde[48].

Heidia Bouafif
Master 2 Droit des ONG, de l’humanitaire et des droits de l’Homme – Université de Strasbourg


Notes de bas de page

[1] « L’ « exceptionnel » système de santé américain », Critique d’une médecine à vocation commerciale, Paul Farmer et Barbara Rylkobauer – Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2001, pages 13-30 – https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_2001_num_139_1_3352

[2] « L’ « exceptionnel » système de santé américain », Critique d’une médecine à vocation commerciale, Paul Farmer et Barbara Rylkobauer – Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2001, pages 13-30 – https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_2001_num_139_1_3352

[3] « L’ « exceptionnel » système de santé américain », Critique d’une médecine à vocation commerciale, Paul Farmer et Barbara Rylkobauer – Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2001, pages 13-30 – https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_2001_num_139_1_3352

[4] “La réforme Obama du système américain de soins de santé”, Renaud WITMEUR, Daniel DESIR et Florence HUT, dans Courrier hebdomadaire du CRISP, 2012/35-36 (n°2160-2161), pages 1 à 100  https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-2012-35-page-1.htm?contenu=article

[5] « Le système de santé des Etats-Unis », F. Galvis-Narinos et A. Montélimard, dans Pratiques et Organisation des Soins, 2009/4 (Vol. 40), pages 309 à 315 – https://www-cairn-info.scd-rproxy.u-strasbg.fr/revue-pratiques-et-organisation-des-soins-2009-4-page-309.htm

[6] “La réforme Obama du système américain de soins de santé”, Renaud WITMEUR, Daniel DESIR et Florence HUT, dans Courrier hebdomadaire du CRISP, 2012/35-36 (n°2160-2161), pages 1 à 100  https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-2012-35-page-1.htm?contenu=article

[7] « Coronavirus : pourquoi la situation aux Etats-Unis est de plus en plus inquiétante », Thomas Liabot, 24 mars 2020 – https://www.msn.com/fr-fr/actualite/coronavirus/coronavirus-pourquoi-la-situation-aux-etats-unis-est-de-plus-en-plus-inquiétante/ar-BB11DWAo

[8] “Coronavirus : les États-Unis, nouvel épicentre de l’épidémie”, France TV Info, 27 mars 2020 – https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-les-etats-unis-nouvel-epicentre-de-l-epidemie_3887367.html

[9] « Covid-19 : les Américains vont-ils payer le prix d’un système de santé inégalitaire ? »  – 19 mars 2020 https://selectra.info/assurance/actualites/generalites/coronavirus-etats-unis-sante-inegalitaire

[10] « Covid-19 : les Américains vont-ils payer le prix d’un système de santé inégalitaire ? »  – 19 mars 2020 https://selectra.info/assurance/actualites/generalites/coronavirus-etats-unis-sante-inegalitaire

[11] « Coronavirus: plus de 90.000 décès aux Etats-Unis », par Le Figaro avec AFP, 18 mai 2020 – https://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-plus-de-90-000-deces-aux-etats-unis-20200518

[12] Pierre-Yves Dugua, Figaro, Le (Business Section). 03/13/2020, Vol. 23506, p8.

[13] La loi no 99-641 du 27 juillet 1999 portant création d’une couverture maladie universelle confère un droit à la prise en charge des soins par un régime d’assurance maladie et maternité à toute personne résidant en France. Article 1er de ladite loi dispose : « Il est créé, pour les résidents de la France métropolitaine et des départements d’outre-mer, une couverture maladie universelle qui garantit à tous une prise en charge des soins par un régime d’assurance maladie, et aux personnes dont les revenus sont les plus faibles le droit à une protection *assurance* complémentaire et à la dispense d’avance de frais *tiers payant* ».

Article L160-1 du Code de la sécurité sociale dispose : « Toute personne travaillant ou, lorsqu’elle n’exerce pas d’activité professionnelle, résidant en France de manière stable et régulière bénéficie, en cas de maladie ou de maternité, de la prise en charge de ses frais de santé dans les conditions fixées au présent livre ».

[14] « Les différences entre l’Obamacare et l’assurance maladie française », Flore Postel, 15 février 2015 – https://myfrenchcity.com/edition-nationale/vie-pratique-usa/sante-usa/les-differences-entre-lobamacare-et-lassurance-maladie-francaise/

[15] « Les différences entre l’Obamacare et l’assurance maladie française », Flore Postel, 15 février 2015 – https://myfrenchcity.com/edition-nationale/vie-pratique-usa/sante-usa/les-differences-entre-lobamacare-et-lassurance-maladie-francaise/

[16] « Vices et vertus du système de santé américain », Victor G. Rodwin, spécialiste des systèmes de soins américain et français, analyse le modèle outre-Atlantique – Le Monde, 19 mai 2007 – https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2007/05/19/vices-et-vertus-du-systeme-de-sante-americain_912284_3222.html

[17] “La réforme Obama du système américain de soins de santé”, Renaud WITMEUR, Daniel DESIR et Florence HUT, dans Courrier hebdomadaire du CRISP, 2012/35-36 (n°2160-2161), pages 1 à 100  https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-2012-35-page-1.htm?contenu=article

[18] “La réforme Obama du système américain de soins de santé”, Renaud WITMEUR, Daniel DESIR et Florence HUT, dans Courrier hebdomadaire du CRISP, 2012/35-36 (n°2160-2161), pages 1 à 100  https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-2012-35-page-1.htm?contenu=article

[19] “La réforme Obama du système américain de soins de santé”, Renaud WITMEUR, Daniel DESIR et Florence HUT, dans Courrier hebdomadaire du CRISP, 2012/35-36 (n°2160-2161), pages 1 à 100  https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-2012-35-page-1.htm?contenu=article

[20] “La réforme Obama du système américain de soins de santé”, Renaud WITMEUR, Daniel DESIR et Florence HUT, dans Courrier hebdomadaire du CRISP, 2012/35-36 (n°2160-2161), pages 1 à 100  https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-2012-35-page-1.htm?contenu=article

[21]« Que restera-t-il de l’Obamacare ? » par Catherine Gouëset, 10 janvier 2017 – L’express –  https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/obamacare-le-grand-succes-de-barack-obama-en-passe-de-devenir-un-echec_1866142.html

[22]« La santé n’est pas un droit aux Etats-Unis, question de principe », 6 mai 2017 – La https://www.ladepeche.fr/article/2017/05/06/2569651-sante-est-droit-etats-unis-question-principe.html

[23]« La santé n’est pas un droit aux Etats-Unis, question de principe », 6 mai 2017 – La https://www.ladepeche.fr/article/2017/05/06/2569651-sante-est-droit-etats-unis-question-principe.html

[24] “L’accès aux soins aux États-Unis sous les mandatures de Barack Obama et Donald Trump”, Véronique PAREL dans Journal de gestion et d’économie médicales, 2018/2-3 (Vol 36), pages 91 à 108 – https://www-cairn-info.scd-rproxy.u-strasbg.fr/revue-journal-de-gestion-et-d-economie-medicales-2018-2-page-91.htm?contenu=article

[25] « Le système de santé aux Etats-Unis : organisation et fonctionnement », 18 septembre 2018 – France Diplomatie – https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/diplomatie-scientifique-et-universitaire/veille-scientifique-et-technologique/etats-unis/article/le-systeme-de-sante-aux-etats-unis-organisation-et-fonctionnement

[26] https://www.ladepeche.fr/article/2017/05/06/2569651-sante-est-droit-etats-unis-question-principe.html

[27] “L’Obamacare en sursis sous la présidence de Donald Trump ?”, Catherine SAUVIAT, 2018, Institut des Amériques, https://journals.openedition.org/ideas/4153

[28] “L’accès aux soins aux États-Unis sous les mandatures de Barack Obama et Donald Trump”, Véronique PAREL dans Journal de gestion et d’économie médicales, 2018/2-3 (Vol 36), pages 91 à 108 – https://www-cairn-info.scd-rproxy.u-strasbg.fr/revue-journal-de-gestion-et-d-economie-medicales-2018-2-page-91.htm?contenu=article

[29] “L’Obamacare en sursis sous la présidence de Donald Trump ?”, Catherine SAUVIAT, 2018, Institut des Amériques, https://journals.openedition.org/ideas/4153

[30] “L’accès aux soins aux États-Unis sous les mandatures de Barack Obama et Donald Trump”, Véronique PAREL dans Journal de gestion et d’économie médicales, 2018/2-3 (Vol 36), pages 91 à 108 – https://www-cairn-info.scd-rproxy.u-strasbg.fr/revue-journal-de-gestion-et-d-economie-medicales-2018-2-page-91.htm?contenu=article

[31] « Coronavirus: les Etats républicains face à une nouvelle offensive en faveur de l’élargissement du Medicaid » – Stephanie ARMOUR, 12 mai 2020 –  https://www.lopinion.fr/edition/wsj/coronavirus-etats-unis-republicains-face-a-offensive-elargissement-217277

[32] « Coronavirus: les Etats républicains face à une nouvelle offensive en faveur de l’élargissement du Medicaid » – Stephanie ARMOUR, 12 mai 2020 –  https://www.lopinion.fr/edition/wsj/coronavirus-etats-unis-republicains-face-a-offensive-elargissement-217277

[33] « Coronavirus : pourquoi la situation aux Etats-Unis est de plus en plus inquiétante », Thomas Liabot, 24 mars 2020 – https://www.msn.com/fr-fr/actualite/coronavirus/coronavirus-pourquoi-la-situation-aux-etats-unis-est-de-plus-en-plus-inquiétante/ar-BB11DWAo

[34] « L’ « exceptionnel » système de santé américain », Critique d’une médecine à vocation commerciale, Paul Farmer et Barbara Rylkobauer – Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2001, pages 13-30 – https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_2001_num_139_1_3352

[35] « Covid-19 : les Américains vont-ils payer le prix d’un système de santé inégalitaire ? »  – 19 mars 2020 https://selectra.info/assurance/actualites/generalites/coronavirus-etats-unis-sante-inegalitaire

[36] « Covid-19 : les Américains vont-ils payer le prix d’un système de santé inégalitaire ? »  – 19 mars 2020 https://selectra.info/assurance/actualites/generalites/coronavirus-etats-unis-sante-inegalitaire

[37] « Coronavirus : le système de santé pointé du doigt aux Etats-Unis » par Isabelle Raymond, 13 mars 2020 –  France Inter – https://www.franceinter.fr/coronavirus-le-systeme-de-sante-pointe-du-doigt-aux-etats-unis

[38] « Coronavirus : le système de santé pointé du doigt aux Etats-Unis » par Isabelle Raymond, 13 mars 2020 –  France Inter – https://www.franceinter.fr/coronavirus-le-systeme-de-sante-pointe-du-doigt-aux-etats-unis

[39] « Coronavirus : le système de santé pointé du doigt aux Etats-Unis » par Isabelle Raymond, 13 mars 2020 –  France Inter – https://www.franceinter.fr/coronavirus-le-systeme-de-sante-pointe-du-doigt-aux-etats-unis

[40] « Pourquoi la santé coûte-t-elle si cher aux Etats-Unis ? » par Marie Demeulenaere, 2 mai 2019 – French Morning – https://frenchmorning.com/pourquoi-la-sante-coute-si-cher-aux-etats-unis/

[41] Chargée de recherche au CNRS, la spécialiste a étudié le lien entre les soins de santé et les jeux politiques aux Etats-Unis.

[42] https://selectra.info/assurance/actualites/generalites/coronavirus-etats-unis-sante-inegalitaire

[43] « Etats-Unis: pourquoi les Afro-Américains sont lourdement touchés par le coronavirus », BFM TV, 9 avril 2020 – https://www.bfmtv.com/international/etats-unis-pourquoi-les-afro-americains-sont-lourdement-touches-par-le-coronavirus-1891968.html

[44] « Coronavirus aux États-Unis: les Afro-Américains durement touchés par la pandémie »,  RFI, 8 avril 2020 – http://www.rfi.fr/fr/amériques/20200408-coronavirus-etats-unis-les-afro-américains-durement-touchés-la-pandémie

[45] « Coronavirus aux États-Unis: les Afro-Américains durement touchés par la pandémie »,  RFI, 8 avril 2020 – http://www.rfi.fr/fr/amériques/20200408-coronavirus-etats-unis-les-afro-américains-durement-touchés-la-pandémie

[46] « La présidence Obama et l’avenir de la protection sociale aux Etats-Unis », Daniel BELAND, dans Revue Française des affaires sociales, 2013 – pages 181 à 200 – https://www.cairn.info/revue-francaise-des-affaires-sociales-2013-1-page-181.htm

[47] « Les Etats-Unis, une superpuissance au système de santé impuissant » par Frédéric Autran – 4 février 2018 –  https://www.liberation.fr/planete/2018/02/04/les-etats-unis-une-superpuissance-au-systeme-de-sante-impuissant_1627429

[48] « Coronavirus : les Américains sans couverture santé dans l’impasse », l’Express avec AFP, 1er mars 2020 – https://www.lexpress.fr/actualite/monde/coronavirus-les-americains-sans-couverture-sante-dans-l-impasse_2119739.html