#ACTU

Le 16 juin 2020, le Comité International de la Croix Rouge (ci-après CICR), a publié la mise à jour des commentaires sur la 3ème Convention de Genève de 1949 dans le cadre de la révision de l’ensemble des commentaires concernant les quatre Conventions de Genève. Le CICR est l’organisation de référence en terme de promotion et de développement du droit international humanitaire.

La 3ème Convention de Genève a été adoptée le 12 Aout 1949 et concerne exclusivement la protection des prisonniers de guerre, elle contient 143 articles. Les précédents et premiers commentaires concernant cette convention dataient de 1960.           

Les nouveaux commentaires s’appuient sur la grande expérience du CICR en contact avec les personnes détenues et en particulier en temps de conflit armé. Dans les commentaires, l’interprétation du texte de la convention a été faite en prenant en compte l’expérience de son application depuis 1949, des nouvelles pratiques liées aux conflits armés et suivant l’idée selon laquelle la dignité humaine transcende le temps et l’espace.

Plusieurs évolutions importantes sont à noter dans les commentaires parus en 2020. En premier lieu, le développement des technologies a modifié l’approche de la communication dans le monde. La convention garantit le droit des prisonniers de guerre à prendre contact avec leurs proches (article 71), l’utilisation d’internet et des téléphone simplifie et améliore les possibilités de correspondance pour les prisonniers.

Ensuite, les besoins particuliers des prisonniers de guerre représentent une majeure partie des évolutions des commentaires sur la 3ème Convention de Genève. Les commentaires mettent l’accent sur les besoins des personnes handicapées qui, historiquement, n’étaient pas particulièrement mentionnées dans les conventions. Les prisonniers de guerre souffrant de handicaps physiques ou mentaux font désormais l’objet d’une attention particulière. La prise en compte et la reconnaissance des maladies mentales est une avancée importante car leur existence n’était pas mentionnée dans le texte original de la convention.

De même, une attention particulière est désormais apportée pour les prisonnières de guerre. La prise en compte des besoins particuliers liés au sexe des détenus pour le « respect de leur honneur » était mentionné dans le texte de la convention à l’article 14 mais les nouveaux commentaires font preuve d’une approche plus sensible liée aux genres. La notion « d’honneur » mentionnée dans la convention de 1949 a évolué avec le temps et les pratiques de combat ne sont plus les mêmes qu’à cette époque.

La publication des nouveaux commentaires de la 3ème Convention de Genève a fait l’objet d’une conférence organisée par le CICR, vous pouvez l’écouter en anglais ici pour plus d’informations.

Lysithea Renaud
Master NOHA (network of humanitarian action), Aix en Provence, Varsovie, Bogotá