Retour d’expérience : le barreau de New York. Pauline Weess a obtenu l’examen en 2018.

Stéphanie Pereira : Bonjour Pauline, pourrais tu te présenter ? 

Pauline Weess : Après ma licence en droit à l’Université de Strasbourg, je suis venue à Paris pour faire mon master 1 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.  J’ai choisi de rester dans cette université l’année suivante pour suivre le Master 2 Droit du commerce international. Grâce au programme d’échange de Paris 1, j’ai ensuite pu partir en LL.M. à la Cardozo School of Law à New York, et finalement passer le barreau de New York.

SP : Peux tu nous expliquer comment on devient avocat aux Etats-Unis ?

PW : La majorité des avocats aux Etats-Unis passe l’examen du barreau après avoir obtenu le diplôme de Juris Doctor en ayant étudié trois ans dans une université américaine. Dans certains Etats, et notamment à New York et en Californie, les étudiants titulaires d’un diplôme de droit étranger et d’un LL.M. sont admis à passer l’examen du barreau. Pour un Français, cela veut dire avoir un master 1 en droit et un LL.M. d’une université américaine.

L’examen principal a lieu deux fois par an (en février et en juillet) et se déroule sur deux jours avec trois types d’épreuves : les QCM, l’épreuve pratique, et les essays. Il n’y a pas de choix de matière au barreau de New York, le programme est donc très varié et inclut le droit des contrats comme droit de la famille ou la procédure pénale. Il y a également un examen de déontologie et un examen de droit spécifique à l’Etat de New York qui ont lieu plusieurs fois par an, et ne posent en général pas de difficulté.

Une fois l’ensemble de ces examens validé, il faut fournir différents documents, dont notamment des attestations des précédents employeurs. Une fois le dossier complet, un entretien a lieu avec la commission d’admission, qui n’est généralement qu’une formalité. Enfin, la prestation de serment a lieu. Selon l’adresse fournie lors de l’enregistrement pour l’examen, l’examen comme la prestation de serment aura lieu soit à New York City soit à Albany (pour ceux qui ont fourni une adresse à l’étranger).

SP : Pourquoi avoir décidé de passer le barreau de New York ? 

PW : L’utilité première du barreau de New York est bien entendu d’avoir la possibilité d’exercer la profession d’avocat à New York. Cependant, le barreau de New York peut également être utile aux personnes ne souhaitant pas rester aux Etats-Unis. En France, être inscrit à un barreau étranger permet de devenir avocat en passant l’examen d’équivalence, sans avoir à passer par l’EFB. De façon plus générale, le barreau de New York permet de donner une dimension internationale à son CV et de démontrer sa capacité à travailler en anglais et dans un droit de common law.

SP : Comment s’est passée ta préparation pour le barreau de New York ? 

PW : S’inscrire à une prépa est essentiel, car le programme de révision est dense et les épreuves sont très spécifiques. L’université ne prépare absolument pas à ces épreuves, or il est très important de s’entrainer bien avant le jour de l’examen. Personnellement j’ai suivi la prépa de Barbri. Leur préparation commence environ deux mois avant l’examen, ce qui correspond à la fin des cours à l’université. La journée commence en général par un cours donné par un professeur, et l’après midi est consacré à relire les cours et à s’exercer.

SP : Quels seraient tes conseils pour les personnes intéressées ?

PW : Je conseille aux personnes intéressées d’étudier sérieusement, si possible avant même la période de deux mois avant l’examen, et surtout de s’entrainer aux différents types d’épreuves tous les jours. Cependant, je veux aussi insister sur le fait qu’il est important de s’économiser et de s’accorder du temps pour se reposer et se détendre, car la période de révision est longue et il ne faut pas arriver épuisé le jour de l’examen. Chaque personne a des besoins différents en termes de travail et de repos, il faut savoir s’écouter pour trouver la meilleure méthode de travail et se maintenir en forme physiquement et mentalement.

Je conseillerais aussi de faire attention aux démarches administratives qui sont assez contraignantes. Par exemple, avant de pouvoir s’inscrire à l’examen, il faut notamment fournir tous les relevés de note et les diplômes obtenus depuis le début des études de droit, traduits en anglais et envoyés directement par l’université d’origine. Afin d’éviter le stress de dépasser la date limite pour l’envoi des documents, il vaut mieux s’y prendre à l’avance.

SP : Merci Pauline pour tes conseils ! 

Lien utile : https://www.nybarexam.org/