Retour d’expérience de Kimberley Bazelais, Secrétaire de Tribunal Arbitral 

Stéphanie Pereira : Bonjour Kimberley, pourrais-tu présenter brièvement ton parcours ?

Kimberley Bazelais : J’ai effectué la majorité des mes études de droit en France, avec une double licence et une maîtrise en droit international à la Sorbonne. J’ai ensuite obtenu un Master en arbitrage, négociation et résolution des conflits à Washington University, aux Etats-Unis.

SP : Au regard de ta propre expérience, pourrais-tu nous décrire le rôle d’un secrétaire de Tribunal arbitral ?

KB : Le secrétaire du tribunal joue le rôle du « bras droit » du tribunal arbitral. En ce qui me concerne, j’ai lu et analysé les écritures et communications des parties, assisté à l’audience, avant de commencer la phase de rédaction des sentences finales. Selon le tribunal arbitral, le secrétaire aura un rôle plus ou moins important dans la rédaction de la sentence.

Les affaires sur lesquelles j’ai travaillé présentaient énormément de questions procédurales, avec notamment des demandes d’intervention, des objections à la compétence juridictionnelles du tribunal et une demande de jonction des affaires. Il s’agit donc d’accompagner le président du tribunal arbitral à chacune de ces étapes. Il y a également énormément de recherche juridique à effectuer, car plusieurs droits étaient applicables au litige, aucun n’étant particulièrement pratiqué par le tribunal arbitral.

SP : Plus généralement, quels seraient tes conseils pour les étudiants désireux de faire de l’arbitrage, en tant qu’arbitre ou conseil ?

KB : Il faut impérativement maîtriser les règles procédurales de l’arbitrage, car le processus est très particulier et beaucoup de choses se jouent sur des questions de procédure. En tant que conseil, ce qui me paraît être le plus important est de comprendre la personnalité du tribunal arbitral. Selon le parcours, la nationalité, la formation, l’expérience du tribunal, un conseil devra avoir une stratégie complètement différente d’une procédure d’arbitrage à l’autre.

SP : Merci pour ton partage d’expérience !